Archives du mot-clé auto-apprentissages

Une Vie Sur Mesure

J’ouvre les yeux, il est 8H20. Je profite d’un petit moment pour travailler sur l’ordinateur et vous écrire cet article. Dans une bonne demi-heure, les enfants se lèveront à leur tour. Ils prendront un petit déjeuner en jouant et papotant tranquillement, tandis que je me boirais un grand jus. Ensuite je leur proposerais du rangement ou des activités marrantes si le coeur leur en dit, en attendant qu’il fasse suffisamment ensoleillé dans le jardin pour s’y installer avec du bricolage, de la musique ou des livres audio.

Comme il fait beau et qu’il n’y a pas école pour les petits voisins, l’après-midi sera sans doute chargé :fairy tails

Ils arriveront par vagues en passant par le jardin, sortiront les nattes, les parasols, des foulards et des couvertures pour se faire des cabanes entre les arbres. La brochette d’enfants s’étant de 3 à 13 ans. Leurs parents doivent être contents : chez nous c’est un peu le centre aéré 😉 . Jusqu’à la nuit tombée, ils joueront tous aux Ninjas ou aux aventuriers comme s’ils étaient seuls au monde, avec leurs épées, leurs bâtons et leurs déguisements improvisés. Ils joueront peut-être également aux poupées dans le bac à sable…

combat ninjas pitaya renard roux cabanes

Le soir venu, une fois seuls, on dînera sur la terrasse, on jouera à des jeux vidéos ou on regardera des dessins animés sur Netflix tout en discutant et en faisant d’autres petites choses. Puis Nohan et Shani feront des roulades pleines de fou-rires dans le lit pendant près d’une heure avant qu’on se couche, à notre rythme, sans pression.

C’est à ça que ressemble notre quotidien au printemps et en été.

Les après-midis où les autres sont à l’école et où on ne les voit qu’après leurs cours, on sort se balader en forêt, on part faire du vélo, ou on fait d’autres activités à la maison selon notre inspiration.

Bref, on profite intensément de la vie.

FORÊT

Chaque jour, mon coeur se gonfle de gratitude. Si j’avais imaginé ma vie future étant ado, je n’aurais pu l’imaginer aussi belle. Intense parfois, mais magnifique. Une chose est sûre : je n’ai pas attendu la retraite pour vivre à fond et organiser mes journées comme je l’aime.
champCe fonctionnement, nous l’avons choisi. Nous voulions profiter de la seule chose qui nous importait au monde : la joie et l’amour au travers des rapports humains. Et nous voulions en imprégner nos enfants. Profiter des uns et des autres, rire, jouer, prendre le temps de vivre réellement. Explorer le monde en épanouissant sa personnalité propre. Respecter son rythme. Se sentir libre.

Nous avons fait en sorte que ce soit possible. Nous avons déménagé dans un endroit où le salaire de mon mari serait plus élevé afin que je puisse me concentrer sur nos enfants et leur faire l’instruction en famille. Bien qu’il soit celui qui travaille, lui aussi vit confortablement : allant à contre-courant des traditions dans son domaine, il a fermement fait en sorte de finir ses journées à 16h plutôt qu’à 19h et profite de longues soirées où il s’occupe à ses passions. L’an dernier, il travaillait à 80% (il ne bossait pas le vendredi) et il attend impatiemment de pouvoir s’y remettre.

Si je vous raconte cela, c’est pour vous dire que chacun de nous avons en nos mains le pouvoir de vivre selon notre coeur. RÉELLEMENT. Certes, sur le coup, cela demande du courage ; il faut parfois plonger dans l’inconnu sans trop savoir ce qu’il y aura derrière. Ça peut faire peur. Personne ne nous a enseigné à le faire. C’est à nous d’ouvrir la voie, d’être le changement, d’oser aller vers ce qui nous rend réellement heureux et en paix. C’est à nous de nous créer une vie sur mesure et d’affirmer nos choix. Nous en vallons la peine.

shani be the change

Et vous savez quoi ? C’est ainsi que nous changeons le monde…

Soyez heureux !

Merci de m’avoir lue,
Marion Eberschweiler.