Archives du mot-clé ief

IEF, l’année où nous avons failli avoir un deuxième contrôle.

S’il y a bien une angoisse lorsque l’on fait l’école à la maison, c’est le passage des deux inspecteurs de l’éducation nationale (en fait : un inspecteur et un conseiller pédagogique qui en général est un enseignant) une fois par an chez soi.

S’ils sont content de nous et de l’évolution de nos enfants, tout va bien. Mais s’ils estiment que nos enfants n’évoluent pas correctement, ils nous mandatent pour un deuxième contrôle quelques mois après le premier, lors duquel l‘enfant doit avoir nettement progressé par rapport au précédent, sinon il est invité (obligé, puisque si on ne le fait pas le parent a 6 mois d’emprisonnement et 7500 euros d’amende !) à aller à l’école dans les mois suivants.

Autant vous dire que ce deuxième contrôle, c’est la bête noire, surtout qu’on comprend bien que c’est un peu au bon vouloir des personnes mandatées pour venir nous faire le premier contrôle. Si elles sont ouvertes, tout se passe bien ; si elles sont  sceptiques face à l’intérêt de faire l’instruction en dehors de l’école (voir trouvent cela… totalement farfelu) et restent dans leurs aprioris, c’est moins évident.

Eh bien cette année, lors de notre quatrième année d’instruction en famille et alors que jusque là tout se passait bien, nous avons pour la première fois clairement rencontré ce second personnage…

Vous le savez, je fonctionne beaucoup en informel et en utilisant l’auto-motivation de l’enfant et en me basant au maximum sur leur plaisir et en les forçant le moins possible. J’ai même créé de nombreux supports marrants (B.D.s de grammaire, de lecture, manuel de maths dans la nature…) pour cela ! Quoi qu’il en soit, je fais toujours en sorte que nous soyons dans les cordes, afin de ne pas être bloqués par l’inspection (ce qui serait vraiment dommage, n’est ce pas ?).

Depuis le contrôle précédent, le même inspecteur revient à chaque fois, un homme sympathique, ouvert, qui comprend les enfants et avec lequel j’ai plaisir à échanger. Le conseiller pédagogique en revanche, varie tous les ans. Cette année, bien que poli, il nous a semblé, à une autre amie du coin faisant ief et l’ayant eu pour le contrôle de ses enfants et à moi-même, qu’il était plutôt réfractaire à l’ief.

Donc, après un contrôle où j’ai passé 2 heures à échanger de façon agréable et très enrichissante avec l’inspecteur tandis que le conseiller pédagogique s’occupait des enfants, j’ai tout de même reçu un courrier totalement contradictoire avec la réalité des faits et nous proposant un deuxième contrôle… Visiblement pas écrit par l’inspecteur. Je vous transmet ici notre échange, afin qu’il puisse vous être profitable si vous rencontrez la même situation :

(photo : bureau de la salle dédiée aux enfants)

(photo : mur du salon dans lequel se déroule le contrôle, où on peut voir cartes, frises, système de notation, emploi du temps…)

(photo : salon dans lequel se déroule le contrôle)

Voilà. Vous l’aurez comprit, j’ai eu gain de cause

Je ne suis pas sûre que la situation eu pû être différente, par exemple, oser dire qu’il n’y a pas d’affichages ou de matériels alors que le salon dans lequel se déroule l’inspection en est truffé, cela relève de la pure mauvaise foi. (Aussi, j’ai eu beaucoup de chance que cela ai été constaté et posé à l’écrit par l’un des contrôles précédent, car cela fait office de preuve, sachez-le).

C’est d’ailleurs précisément cette mauvaise foi qui m’a poussée à faire de mon mieux pour faire annuler ce second contrôle, car même si entre temps j’avais imprimé de nombreux travaux de Nohan faits à l’ordinateur en guise de preuve de sa capacité à écrire, si le même conseiller pédagogique revenait faire le second contrôle, aurais-je une chance ??

Les enseignements que j’ai pu tirer de cette expérience :

  1. Visiblement, il n’y a pas toujours de communication profitable entre l’inspecteur et le conseiller pédago. Les prochaines fois, je les accueillerais différemment, je commencerais par leur parler à eux deux de notre fonctionnement et des “choses à savoir” (ex : dyspraxie… façon d’enseigner…) avant qu’ils ne s’intéressent aux enfants, plutôt que de ne parler de cela qu’à l’un.
  2. Ne pas avoir que des cahiers et manuels. Croyez-le où non, je n’ai jamais pris le temps d’imprimer les photos de ce site, pensant cela inutile ; j’ai donc commencé à le faire dans un grand classeur (avec onglets par matière) afin de pouvoir leur présenter notre façon de fonctionner aux prochains contrôles, et afin qu’ils voient les enfants en action dans leurs apprentissages, cela étant une preuve concrète de mon implication dans leur éducation.
  3. Ne pas être seule, avoir un témoin, lors de l’inspection.
  4. Être à jour dans mes papiers et certificats médicaux. En effet, c’est l’inspecteur lui-même, qui lors du contrôle, m’a conseillé de le faire pour être tranquille, heureusement j’ai suivi son conseil et en effet cela m’a été utile pour faire annuler ce second contrôle !!!!
  5. Et surtout, continuer à être moi-même, à accueillir les gens le sourire au lèvre et de façon humaine. Quoi qu’on fasse, il peut arriver qu’on croise des personnes très différentes de nous. Mais il ‘a pas de raison pour ne pas se montrer toujours positive, agréable, et ouverte aux conseils. Cela ne peut qu’être profitable.

Grâce à cette compréhension plus approfondie que m’a permise cette expérience, je vous ferais bientôt un post expliquant le déroulement d’un contrôle et les choses à préparer pendant l’année et à présenter qui pourront vraiment vous aider.

Et vous qui faites l’ief, quelle est votre expérience des contrôles ?

En attendant, je vous remercie de m’avoir lu jusque là et je vous fait des bisous pleins de soleils pour l’été !

ORGANISER SON ANNÉE d’école à la maison

Bonjour ! Je vous souhaite à tous une bonne rentrée des classes 2017 !

Ici nous entamons dans la joie notre 4ème année d’école à la maison pour Nohan, niveau CM1, et la première année pour Shani, niveau CP. Ayant beaucoup appris des années précédentes, je vous présente aujourd’hui comment j’ai organisé cette nouvelle année.

Tout d’abord, il est important pour moi que mes enfants acquièrent les mêmes connaissances que ceux scolarisés, parce que d’une part je trouve qu’une base commune est importante socialement et pour comprendre le fonctionnement du monde actuel, d’autre part si un jour ils souhaitent entrer à l’école je pense qu’il est bon qu’ils soient  au niveau. (J’ajoute à cela que c’est également devenu une obligation légale depuis 2016, donc on s’y colle…)

Mais nos temps d’étude sont très différents d’une classe : nous travaillons entre 40 minutes et 1 heure par jour ! Nous découpons ainsi : 10 à 15 minutes sur chaque leçon, maths et français chaque jour et les deux autres options ça dépend des jours (on en choisit deux parmi les matières restantes : histoire, géo, sciences ou anglais).

On mesure le temps avec ce minuteur afin de bien visualiser le temps qui passe et le temps qui reste :

Le reste de la journée est consacré à l’écoute de soi, aux passions, créations, sorties et activité physique, soin du corps et de ses affaires, aux copains, etc…

Pour organiser l’année, je me suis procurée des livres reprenant tout le programme de l’année tels que
Pour comprendre Tout le CM1 – Nouveau programme 2016 et
Pour comprendre Tout le CP – Nouveau programme 2016.

Ces livres résument l’année en un certain nombre de leçons. Afin que les enfants perçoivent leur progression, j’ai repris les conseils de mon frère qui est instituteur et j’ai formé deux “cartes” des “île du CP” et “île du CM1”, avec un petit chemin à parcourir pour aller jusqu’à l’île et dont chaque point correspond à une leçon abordée dans livre  :

Pour valider une leçon, on met une punaise colorée. Sur la route des leçons, les punaises ne seront pas toujours misent dans l’ordre (par exemple en français, on fait la grammaire en parallèle de la conjugaison, etc), mais l’essentiel c’est de remplir tous les chemins pour accéder à l’île.

Je vous le dis tout de suite : les exercices du livre nous permettent simplement de valider les acquis après qu’on ai étudié la leçon à notre façon. Pour apprendre, nous n’utilisons pas que le livre, celui-ci ne fait qu’orienter nos découvertes : nous utilisons la nature, des applications sur tablette, des cubes Montessori et jeux de logique, nous allons visiter des châteaux forts et des lieux géographiques en lien avec les cours, des musées pour enfants, des documentaires (“c’est pas sorcier”), etc. Nous avons aussi quelques cahiers d’exercices qui servent là encore à mettre les choses à plat et à vérifier qu’on a bien comprit.

Pour la lecture et la grammaire,  j’ai créé deux manuels très ludiques en bande dessinée, que je vous présenterais bientôt dans la boutique (j’ai hâte !).

Niveau emploi du temps, nos journées ressemblent à ça : 

J’ai chopé une horloge de 24-Heures sur laquelle on a représenté, à l’effigie de nos héros Lila et Ély, la façon dont on gère notre temps. Rien n’est trop rigide, mais ça aide beaucoup à se représenter le temps qui passe, où on en est dans la journée et ce qu’on a a faire.

Nous avons également créé un tableau des responsabilités quotidiennes personnelles. Ce sont des badges aimantés, il faut faut les faire passer de la case “à faire” à la case “fait !”, à son rythme. Il y a même la possibilité d’obtenir une récompense (pour la motivation !), pour mon fils c’est un moment de jeux vidéo, mais sinon même sans récompense les enfants se régalent à valider leurs journées, ils A-DORENT ! Promis j’en mettrais une série en vente rien que pour vous, mais pour le moment on les teste encore 😀

Ah oui et au levé le matin, nous avançons notre pion (un patafix) sur notre calendrier annuel (gratuit dans notre boutique) afin de voir où nous en sommes dans l’année, les évènements et anniversaires à venir, les saisons…

Voilà les amis, vous savez tout. Sur ce, je vous dis à bientôt et amusez-vous bien !

Marion

Episode 8 : La balade en forêt (vidéo)

De mes enfants pour vos enfants : l’épisode 8 de la série des petits malins. Mathilda et ses parents vont se promener en forêt pour tremper leurs pieds dans un ruisseau…
  • Imagination
  • Raconter une histoire avec cohérence
  • Mettre à profit une sortie dans la nature.

Comptons jusqu’à 10

Notre vidéo, ce dimanche, est destinée aux pitchounes : on apprend à compter jusqu’à 10…

  • Dans la vidéo nous avons associé le chiffre prononcé à l’oral, le chiffre écrit et la quantité.
  • L’enfant est invité à participer oralement.
  • Deux questions lui permettent de valoriser sa compréhension.
  • A la fin, Shani vous montre comment elle dénombre avec des tampons à motifs, activité très ludique que vous pouvez reproduire chez vous (avec des tampons ou des auto-collants par exemple).

Bonne journée ensoleillée à tous, petits et grands !

PS: N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne PetitsMalinsTV si vous souhaitez que vos enfants puissent tomber facilement sur les vidéos lorsqu’ils utilisent YouTube et afin de recevoir les notifications des nouvelles vidéos.

Escalade en Salle (vidéo)

Une petite leçon d’escalade, ça vous tente ?

Au Cortigrimpe près d’Annecy !

Deviens Dresseur de Pokémon (vidéo d’activités physiques)

Voici notre dernière vidéo pour vos enfants fans de pokémons, sur notre chaine PetitsMalinsTV.

Pour ses 6 ans, Shani a décidé de devenir dresseuse de Pokémons. Avec toute sa team, ils vont devoir subir un entrainement béton !

Et les vôtres ? Ils sont fans de pokémons ?

Notre chaîne YouTube dédiée aux enfants

Vous le savez, je publie des vidéos, en direct ou en différé, où je parle notamment d’éducation, de maternage et d’instruction en famille.

Aujourd’hui j’ai décidé de créer une nouvelle chaîne, celle-ci dédiée à vos enfants !

Au programme :

  • Des histoires crées avec mes enfants pour vos enfants, sur des thèmes de notre vie courante : école à la maison, cododo, alimentation différente, récup/écologie… Intégrés à des thèmes très classiques d’enfants (legos, jeux vidéos, reine des neige… vous m’avez comprit^^)
  • Des recettes de cuisine drôles, veganes et saines,
  • Des bricolages,
  • Des vidéo “instructives” dans le même esprit que notre site Académie Nature, filmées le plus possible dans la nature, sur des thèmes “scolaires” (les 5 sens, la géométrie, les expériences scientifiques…)
  • De l’humour et de la sécurité : pas d’images choquantes ni de gros mots 😀

Si l’idée vous plait, je vous invite à y jeter un œil, c’est tout frais, c’est tout neuf, c’est ici :

Petits Malins TV

Vous pouvez vous y abonner afin que vos enfants tombent dessus facilement lorsqu’ils lancent youtube.

 

A bientôt !

Méthode de lecture en BD + un extrait ; nouvelles lois 2016

Salut à tous ! Je suis peu présente sur le site en ce moment… Mais pour une bonne raison ! Je voudrais vous présenter le projet sur lequel je travaille en ce moment.

Vous le savez, nous faisons l’école à la maison. Lorsque l’on souhaite enseigner en se basant sur le plaisir des apprentissages, il y a des matières plus faciles que d’autres. Pour mon aîné, les maths sont une évidence. Le français, par contre, c’est une autre paire de manches !

Car la lecture, vous le savez, c’est tout un binz. Ce n’est pas évident de rendre cet apprentissage marrant. Pourtant c’est important, ça nous ouvre une porte immense sur le monde !

lila-parle

Certains vous diront que les enfants peuvent apprendre à lire seuls à force d’être entourés de livres et d’écrits. Cela est sans doute vrai pour certains, mais je ne l’ai pas constaté chez Nohan. Il n’y avait absolument aucune curiosité de sa part envers les lettres ou les livres, malgré tout un tas de lettres Montessori en relief, d’étiquettes de mots, de petits livres, de lettres aimantées partout dans la maison… et compagnie. Cela était trop abstrait, nécessitant un apprentissage trop long et donc décourageant pour lui. En tant que parent, je suis moi-même fana de livres (et auteur, c’est pour dire !), pareil pour mes proches, et je me disais que par l’exemple il lui viendrait sans doute l’envie de faire pareil ? J’ai toujours fait le pas de proposer, tout en respectant son intérêt… Et il n’y en avait PAS !! Enfant astucieux, il savait obtenir les informations qu’il lui fallait sans avoir besoin de LIRE. Par exemple en utilisant les émoticônes pour communiquer avec ses grands parents par sms. Où en utilisant la reconnaissance vocale pour faire des recherches d’images ou de vidéos sur internet. Et pour comprendre l’histoire de ses jeux vidéos préférés et progresser dans l’aventure, il allait tout seul sur youtube écouter les commentaires de personnes jouant déjà à ces jeux.

Je vous l’avoue, ça me fascine !^^

Si je pouvais tout simplement aller à son rythme, cela viendrait sans doute tout seul, même si ça prendrait plus de temps. On est impatients, parfois^^. Les enfants sont en apprentissage constant, alors en attendant, on fait plus “d’autres choses”, tout simplement…

Mais voilà. 2016 est arrivé avec son lot de changements. Les enfants qui font l’instruction en famille se voient soumis à une nouvelle loi : alors qu’auparavant nous pouvions instruire nos enfants à leur rythme entre l’âge de 6 ans et 16 ans, à présent nous devons nous caler sur le programme scolaire et notre enfant est tenu d’avoir le même niveau que les autres au même âge.

Je vous passe la révolte que cela induit en moi. Je ne suis pas du genre à me décourager. En fait, pour être franche avec vous, j’ai décider de voir cela sous un autre angle, plus positif.

lila-idee

Selon moi, les enseignements scolaires ont du bon, ils permettent à tout le monde d’avoir une base culturelle sur laquelle se comprendre et échanger. Ce qui, je pense, n’est plus d’actualité, est la façon dont nous les enseignons. Tout ces enseignements pourraient être bien plus rapidement acquis s’ils étaient ludiques, s’ils stimulaient l’intérêt et l’auto-apprentissage de l’enfant. S’ils étaient enseignés d’une façon qui parle directement aux enfants. Et ça laisserait tellement plus de temps libre pour jouer, s’amuser, explorer ses passions et le monde qui nous entoure !

Pour répondre aux besoins de mon fils, j’en suis donc venue à créer une méthode de lecture un peu spéciale, en BANDE-DESSINÉE. C’est un méthode syllabique, avec cela de différent qu’au lieu de n’avoir aucune image, comme le préconisent les méthodes classiques, elle est au contraire basée sur les images. Les enfants lisent les images, et ont envie de comprendre ce qu’ils voient, ils ont alors l’impulsion de déchiffrer les textes. Plus que ça, la BD est interactive : il faudra souvent que l’enfant déchiffre les mots afin de faire progresser l’histoire ! Chanter (lire) une berceuse pour endormir un petit panda roux, attraper les bonnes lettres-étoiles avec un filet à papillon pour s’éclairer la nuit…

J’ai souhaité que l’apprentissage soit agréable, qu’on y passe un moment de plaisir avec son enfant, mais aussi que l’enfant puisse,et surtout ai envie, d’y revenir de façon autonome.

La méthode n’est pas tout à fait terminée, mais je vous en offre un extrait de 32 pages. Je ne prétends absolument pas créer de nouvelles méthodes ou faire mieux qu’ailleurs. Ce sont vos enfants qui vous montreront ce dont ils ont besoin. Je souhaite juste répondre aux besoins de ludisme de mon fils (ma fille l’a totalement adoptée aussi, d’ailleurs, et à 5 ans 1/2, elle lit avec énormément de plaisir !!). Et je vous le partage parce que j’espère que ça aidera les enfants qui ont le même fonctionnement libre et axé sur le plaisir d’apprendre…

 

Mon projet à long terme serait de créer une collection de livres de ce genre, avec ces mêmes personnages. “Méthode” ludique de grammaire, vocabulaire, maths, histoire de France et même Art… Un gros projet certes, mais nécessaire, je pense.

A vous qui faites l’instruction en famille de manière informelle, il ne faut pas se décourager !

Pour info –> , je n’ai pas du tout de formation d’illustratrice, c’est d’ailleurs ce qui m’a retardée dans ce projet que j’avais commencé début 2015 ! J’avais dû l’abandonner avec regret car payer une illustratrice me revenait trop cher. Avec les nouvelles lois, je m’y suis remise en décidant de faire les dessins par moi-même, en me disant que de toute façon, les enfants sont très compréhensifs sur ce point 😀 … Je dessine donc à la main, je fais l’encrage à l’encre de chine et je colorise aux crayons polychromos de chez faber castel dont le rendu de couleur est super lumineux.

Je vous remercie de m’avoir lue, j’espère que ce projet vous plaira ! Si cela vous parle, n’hésitez pas à me donner votre avis et à partager l’article 🙂

Land Art sur la rivière

La nature est un terrain de jeu aux matériaux innombrables. Ce mardi, il faisait chaud et lourd, nous sommes allés nous rafraichir en forêt. Pendant un bref moment, nous avons improvisé des arrangements artistiques avec les pierres de la rivière et nous avons admiré comme l’eau coule autour tandis que les pierres se dressent immobiles…

land art2
COMPÉNCES :
(art, sport)
– déxtérité, motricité fine (choisir des pierres, les poser en cherchant l’équilibre)
– toucher la texture, le poids, la forme et réfléchir à la façon d’imbriquer les pierres.
– observation, contemplation
land art3land art4

land art5Nous sommes repartis juste avant que l’orage qui grondait n’éclate 🙂

Et vous, qu’avez vous fait ce mardi ?

Jus Pomme-Ortie & système digestif simplifié

À la maison, nous possédons un extracteur de jus. C’est un atout santé majeur. Comme son nom l’indique, l’appareil permet d’extraire le jus des fruits et légumes que l’on passe dedans afin de le boire. Ce jus est un concentré de vitamines et minéraux !

Aujourd’hui nous sommes allés cueillir des orties sauvages, une véritable bombe nutritionnelle, pour en faire un jus avec des pommes (vous pouvez voir à ce sujet la vidéo de Thierry Casasnovas, spécialiste en alimentation vivante).

Nous en avons profité pour parler du système digestif au travers de l’utilisation de l’appareil, voici comment :

jus ortie6

Quelques branches d’orties, 3 pommes, 1/2 citron, et voilà un jus vraiment délicieux, même pour les enfants !

COMPÉTENCES :
(sciences naturelles)
– corps humain : visualisation d’un modèle simplifié du système digestif avec l’appareil. Réflexion sur ce dont le corps à besoin pour être nourrit.

jus ortie5 jus ortie4jus ortie3L’appareil en lui-même est ludique à utiliser. Il représente un modèle simplifié de l’action mécanique du système digestif :

  • on mâche les aliments dans la bouche pour les rendre plus petits (on les coupe en morceaux)
  • on insère les aliments dans l’oesophage (le goulot de l’appareil),
  • l’estomac (la vis sans fin) les broie pour en extraire les nutriments (le jus) afin de les absorber au niveau des intestins pour nourrir le corps : les nutriments passent dans le sang (le bac de jus),
  • et les fibres sont rejetées à l’extrémité du système digestif (ainsi qu’à l’extrémité de l’extracteur) par le côlon
    jus ortie2 jus ortie1

Et le jus, lui, vient nourrir le corps en profondeur ! Sans effort et même avec délectation, Shani vient de “manger” une belle part de légumes 😀

Miam !